Le secteur du bâtiment est l’un des principaux responsables du changement climatique, générant actuellement environ 40 % des émissions mondiales annuelles. Comme le monde a besoin de 13 000 bâtiments par jour pour répondre à la demande constante due à l’urbanisation rapide et à la croissance démographique. Certains de ces bâtiments vieillissent inévitablement et doivent être remplacés.

Lorsqu’un bâtiment dépasse son utilité et doit être démoli, il laisse généralement derrière lui des tonnes de déchets. Rien que dans l’Union européenne, les déchets de construction et de démolition dépassent 450 millions de tonnes par an. Environ trois quarts de ces déchets finissent dans des décharges. Naturellement, les grands bâtiments tels que les tours et les gratte-ciel laissent une plus grande masse de déchets.

Cependant, alors que la sensibilisation aux questions de durabilité est en hausse et que de nombreuses sociétés s’efforcent de mettre en place une économie circulaire. De nouvelles solutions et approches pour le recyclage des gratte-ciel apparaissent.

Les vieux gratte-ciel comme source de matières premières

Comme la plupart des bâtiments modernes, les gratte-ciel sont constitués de trois matières premières principales : l’acier, le verre et le béton.

L’acier, un matériau essentiel pour presque tous les types d’infrastructures, est recyclable à 100 %. Une poutre en acier utilisée dans la construction peut trouver une nouvelle vie dans les chemins de fer, les carrosseries de véhicules, ou tout autre endroit où l’on peut avoir besoin d’acier. En fait, l’acier fait partie des matériaux les plus efficacement recyclés au monde ; seul un pour cent environ de l’acier finit dans les décharges.

En revanche, le verre de construction (également 100 % recyclable) et le béton (jusqu’à 60 % recyclable) finissent généralement dans des décharges sans être utilisés.

Une étude de cas : Recyclage d’un immeuble de bureaux de 14 étages à Amsterdam

À Amsterdam, lorsqu’un immeuble de 14 étages connu localement sous le nom de « briquet » est arrivé à la fin de sa durée de vie en tant que bâtiment productif. Michel Baars, ingénieur en environnement, a réalisé que le gratte-ciel pouvait continuer à vivre sur lui-même, mais sous une forme nouvellement reconstruite.

M. Baars, qui dirige une entreprise de démolition circulaire appelée New Horizon, se décrit lui-même comme un « mineur urbain ». C’est-à-dire qu’il extrait les matières premières des infrastructures et des bâtiments mis au rebut et leur trouve de nouveaux marchés et de nouvelles utilisations.

Démolissant avec soin le « briquet », M. Baars et son équipe ont démonté et emballé les parties du bâtiment de 14 étages. En commençant par le sommet, ils ont enlevé la façade en verre et tout envoyé pour être réutilisé.

Une fois que l’équipe de New Horizon a atteint le squelette de l' »allume-cigare », elle a utilisé de l’eau à haute pression et des scies diamantées pour découper les colonnes, les planchers et un épais pilier intérieur qui traversait la colonne vertébrale du bâtiment. Le New York Times a salué ces efforts comme « un exemple rare de pensée entièrement circulaire se matérialisant dans le monde réel ».

En novembre 2021, le gouvernement de la ville d’Amsterdam, l’un des pionniers de l’innovation en matière de durabilité, a annoncé son intention de construire un cinquième des nouveaux projets de logement avec des matériaux de construction biosourcés à partir de 2025.

Des déchets aux trésors pour un meilleur avenir urbain

Une étude de McKinsey suggère que la conception circulaire pourrait permettre aux fabricants de l’UE d’économiser la somme astronomique de 630 milliards de dollars par an. Il ne fait aucun doute qu’une approche « du berceau au berceau » dans nos bâtiments est un excellent moyen d’amorcer cette transformation.

Comme le montre l’histoire d’un gratte-ciel recyclé à Amsterdam, les vieux bâtiments ne sont pas des déchets. Ils peuvent prendre de nouvelles formes, tandis que leurs matières premières peuvent également être utilisées pour construire nos infrastructures et les villes de demain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *