Le développement rapide des technologies d’information et de communication permettent d’apporter des innovations à la conception des bâtiments intelligents. Les propriétaires et les occupants peuvent ainsi profiter d’une optimisation de l’efficacité énergétique de ces structures. Nous vous proposons de découvrir quelques-unes de ces innovations, développées par un secteur en ébullition, qui risquent de faire parler d’elles à l’avenir.

Qu’est-ce qu’un bâtiment intelligent ?

Un bâtiment intelligent mobilise la haute technologie pour créer des infrastructures à énergie positive. On parle également de smart buildings. L’application de ces solutions concerne aussi bien les bâtiments du secteur tertiaire que ceux du résidentiel.

Les dispositifs intelligents déployés sont nommés systèmes immotiques, sur la base du terme « immeuble » et en référence aux systèmes domotiques qui sont les solutions intelligentes installées dans les logements. Une intelligence centralisée pilote un ensemble d’appareils à l’intérieur du bâtiment : éclairage, chauffage, panneaux photovoltaïques, système de sécurité, etc. Le but est de rendre inter opérationnels l’ensemble des équipements d’un bâtiment.

Le développement des bâtiments intelligents associé au BIM (Modélisation des Informations du Bâtiment) devraient permettre de renforcer la réduction de la consommation globale d’énergie et ainsi de diminuer l’impact négatif de nos activités sur l’environnement.

Le confort quotidien piloté avec précision

Il n’est pas possible d’aborder la relation entre bâtiment intelligent et efficacité énergétique sans parler de confort. Avec un système central connecté et intelligent, il est possible de préparer les pièces de travail avant l’arrivée des employés. La température et l’éclairage sont les deux éléments les plus faciles à piloter pour l’immotique. Le recours à des caméras thermiques ou des détecteurs permet d’ajuster ces paramètres, tout au long de la journée, en fonction de l’occupation des pièces.

Connectés à des smartphones, ces éléments pourraient également être pilotés directement par les employés afin d’optimiser leur confort et la consommation énergétique de la pièce qu’ils occupent. Un pilotage vocal est également envisageable à travers les assistants vocaux.

Les ascenseurs connectés

Les ascenseurs n’échappent pas à la digitalisation. Plusieurs équipementiers travaillent à développer de nouvelles technologies pour mieux répondre aux besoins des occupants des bâtiments. Citons notamment des services d’appel à distance et de programmation d’étage. Ce type d’options permet de contrôler davantage les entrées et sorties au cœur d’un bâti. La programmation limite les autorisations d’accès à certains étages. Par ailleurs, elle pourrait optimiser les flux des utilisateurs pour réduire les temps d’attente.

Les écrans tactiles de ces ascenseurs pourraient proposer des contenus multimédias comme des informations sur le bâtiment ou l’offre de nouveaux services. En connectant les ascenseurs à un système central d’intelligence artificielle, il sera donc possible d’apporter de nombreuses améliorations énergétiques et utilitaires à l’infrastructure.

La sécurité au cœur de l’immotique

L’un des enjeux de l’immotique est probablement l’accessibilité des bâtiments, qu’ils soient à usages professionnels ou résidentiels. Aujourd’hui, il existe des solutions connectées permettant de contrôler en temps réel les accès au sein des infrastructures. Les informations sont collectées et stockées dans un système central.

Le secteur entend aller plus loin. Des acteurs souhaitent proposer des systèmes de vidéoprotection complets, connectés à un système central intelligent qui relaient en temps réel à des opérateurs les anomalies ou intrusions détectées. Les serrures digitales représentent également un avenir prometteur pour lutter contre les effractions et contrôler qui accède à telle partie du bâtiment.

Piloter l’alimentation électrique

Pour des bâtiments comme les hôpitaux et les cliniques, la disponibilité du réseau électrique est essentielle pour réaliser les opérations courantes de santé. Bloc opératoire, appareils d’imagerie, appareils d’assistance respiratoire, unités de réfrigération pour les produits sanitaires, etc. Il est difficile d’imaginer que l’un de ces équipements soit privé d’électricité. Lorsqu’une panne survient, des vies sont rapidement en jeu. Les coûts des matériels endommagés peuvent également s’avérer très élevés.

Dans une situation de crise, l’immotique propose de passer d’une capacité de réactivité à une routine de proactivité. Au lieu de réagir rapidement après la survenue d’un problème, pourquoi ne pas prévoir ce problème ? Ainsi, l’installation d’un micro-réseau d’urgence basé sur des sources d’énergie alternatives permettrait de corriger immédiatement une perte totale ou partielle de l’alimentation électrique dans une structure sensible. Un système intelligent organiserait la distribution de l’électricité de ce dispositif de secours vers les matériels et unités essentiels.

Les logiciels immotiques sont également en mesure de corriger ou de signaler des défaillances liées à l’alimentation électrique sur le réseau. Des aléas climatiques, comme des inondations ou la canicule, sont susceptibles d’affecter l’installation électrique ou le matériel. L’intelligence artificielle serait capable d’agir en amont d’une crise afin de préserver l’installation électrique et les appareils qui y sont connectés.

Piloter les équipements électroniques

Dans la continuité du pilotage de l’alimentation électrique, abordons celui des équipements électroniques. Au sein des bâtiments à usage professionnel, il peut être intéressant de confier le pilotage des ordinateurs et des machines de production à un système informatisé centralisé.

Certaines machines ou PC n’ont aucune raison de tourner toute la nuit, ni de rester en veille. Couper totalement du circuit électrique ces équipements permettrait de faire d’importantes économies d’énergies. Grâce à des logiciels spécialisés dans l’immotique, les entreprises programment la mise en route de certains équipements selon des plannings prédéterminés. Une belle réponse face à la crise énergétique.

La climatisation à travers les fenêtres

Les systèmes de climatisation sont régulièrement pointés du doigt en raison de leur consommation énergétique. En effet, la climatisation représenterait environ 15 % de la consommation d’énergie dans le monde. Des chercheurs de l’Université de Notre-Dame de l’Indiana (États-Unis d’Amérique) sont en train de développer une manière révolutionnaire de climatiser une pièce grâce à un revêtement de fenêtre transparent.

Les chercheurs ont conçu, avec le concours de l’intelligence artificielle, un film qui s’appose sur les fenêtres. Il est composé de plusieurs couches ultrafines de matériaux pour filtrer les rayons ultraviolets et proches infrarouges qui constituent la partie du spectre de la lumière qui chauffe une pièce close. Pour un fonctionnement optimal, cette innovation doit encore être associée à une solution immotique qui la piloterait efficacement au sein du bâtiment où elle serait déployée.

Dans un contexte de crise énergétique et de transition écologique, la relation entre bâtiment intelligent et efficacité énergétique se présente comme une solution efficiente. La décennie à venir est prometteuse en matière de développement de technologies qui vont bousculer notre quotidien dans la construction des bâtiments à usage professionnel et résidentiel. Des changements qui amélioreront notre confort et notre rapport à l’environnement, qui passe également par une adaptabilité de l’urbanisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *