Les hôpitaux sont le pilier le plus important des soins de santé. Cependant, depuis que la COVID-19 a commencé à se répandre dans le monde entier, leur importance pour le traitement, mais aussi pour le dépistage et les soins post-traitement, a augmenté de manière exponentielle. La communauté de la recherche médicale a documenté que jusqu’à 80 % des cas de COVID-19 pouvaient être légers ou asymptomatiques. Cependant, lorsqu’il est sévère, la COVID-19 peut nécessiter un traitement exigeant dans des hôpitaux équipés d’outils avancés tels que des ventilateurs médicaux. C’est pourquoi la COVID-19 remodèle les hôpitaux et les systèmes de santé du monde entier pour mieux répondre à la crise.

Block

On ignore encore les changements à long terme que la COVID-19 a pu provoquer dans les hôpitaux. Cependant, en quelques mois seulement, la COVID-19 est en train de changer radicalement les hôpitaux de la manière suivante.

Augmenter la capacité des hôpitaux

Alors que le nombre de patients atteints de la COVID-19 s’accélère, la capacité de lits d’hôpitaux et des unités de soins intensifs est l’une des difficultés les plus pressantes auxquelles les travailleurs de la santé sont confrontés. Alors que certains pays comme la Nouvelle-Zélande auraient éliminé le virus à partir de juillet 2020. La capacité des hôpitaux restera probablement une préoccupation pour beaucoup d’autres pendant le reste de l’année.

Il devient évident que les hôpitaux vont traiter des patients atteints du coronavirus pendant une longue période.

Kate Mullaney, stratège en marketing des soins de santé au sein du cabinet d’architecture HGA.

De nombreux hôpitaux ont déjà étendu leur espace et leur capacité en utilisant des hôpitaux de campagne ou en transformant les autres départements en unités de soins intensifs de fortune. Ainsi, la COVID-19 est en train de remodeler les hôpitaux en les obligeant à sortir des sentiers battus.

À moyen et long terme, le DrVineet Chopra, chef du service de médecine hospitalière de Michigan Medicine, estime que l’augmentation de la capacité des hôpitaux est l’investissement le plus rentable. En effet, Il met en avant certaines solutions telles que la conversion des chambres simples en chambres doubles. Mais aussi la réduction des admissions de patients non COVID, ainsi que la sortie des patients COVID-19 dès qu’ils sont prêts à partir. Cela afin d’optimiser les hôpitaux pour les périodes de pointe et la préparation à long terme aux crises.

Adopter la digitalisation

En outre, la COVID-19 a forcé les systèmes de santé à adopter la télésanté et à mener des consultations à distance dans les cas non critiques. Par la suite, les hôpitaux vont continuer à augmenter leurs capacités numériques pour servir leurs communautés en plus des lits.

De même, pour les patients non soumis à la visite médicale. En effet, la première réponse « ambulatoire » sera probablement, dans un premier temps, par téléphone ou en ligne. Les gouvernements et les systèmes de santé du monde entier travaillent de plus en plus sur des infrastructures de santé digitales afin de réduire la charge physique des hôpitaux.

Minimiser les contacts

Peu d’événements historiques ont sensibilisé le public à l’hygiène personnelle, en particulier aux mains propres, comme l’a fait COVID-19. Selon l’Organisation mondiale de la santé, les mains propres sont la mesure la plus importante et la plus efficace pour lutter non seulement contre la COVID-19, mais aussi contre de nombreuses autres maladies infectieuses. Comme le contact avec des surfaces contaminées peut distribuer le virus, la COVID-19 remodèle les hôpitaux pour en faire des environnements où l’on se touche le moins possible.

De nombreux experts en design pensent que la COVID-19 pourrait donner le coup d’envoi d’un avenir « mains libres ». En effet, de l’acces tactile et sans contact au télétravail, les mises en garde ont stimulé la demande de tout ce qui est « mains libres ».

Réformer les bâtiments hospitaliers pour limiter la contamination

Chambre d'hopital avec plusieurs lits a la suite

Les hôpitaux, où le contact est le plus important, seront probablement au centre de la révolution du sans contact. Cela implique non seulement de réduire au minimum, mais aussi d’optimiser la circulation des personnes, et de procéder à des réformes spatiales dans les hôpitaux pour s’assurer que le virus ne puisse pas voyager.

Suite à la pandémie, beaucoup plus de patients pourraient entrer dans un hôpital par une porte sans contact. En utilisant des technologies comme la reconnaissance faciale. Ainsi, le personnel hospitalier pourrait appeler les ascenseurs ou entrer dans les chambres pour aider les patients sans rien toucher, tout en agissant plus rapidement.

Après la pandémie, il est raisonnable de s’attendre à des flux de patients et de personnel soignant, similaires aux protocoles de sécurité et aux flux de passager dans les aéroports. Par exemple, les hôpitaux pourraient programmer les rendez-vous des patients après une première consultation par téléphone ou en ligne. Ils pourraient également vérifier et identifier les patients et le personnel à l’entrée principale avec différents accès, et même les revérifier dans chaque service.

Les hôpitaux généraux, en particulier, séparent l’entrée et la sortie de leurs différents services pour éviter la propagation du virus dans l’hôpital. En plus des technologies d’accès mentionnées ci-dessus, ils peuvent même utiliser des sas pour contrôler le flux d’air qui pourrait être infectieux non seulement pour la COVID-19 mais aussi pour toute autre maladie transmise par l’air.

Mais si ces technologies ne peuvent pas remplacer une solide routine d’hygiène personnelle, elles peuvent compléter la pratique du lavage régulier des mains et réduire les risques d’infection dans un bâtiment.

Préparation maximale pour une santé publique résiliente

« Nous devons nous concentrer sur le fait de faire le plus grand bien au plus grand nombre de patients », déclare le Dr Laraine Washer, spécialiste des maladies infectieuses. Elle souligne qu’une préparation et une planification maximales accéléreront la résilience des systèmes de santé, ajoutant : « La planification doit commencer dès maintenant ».

En juillet 2020, une douzaine de vaccins étaient à différents stades d’expérimentation dans le monde. Cependant, si l’invention et la disponibilité généralisée d’un vaccin contre la COVID-19 va changer la donne, les hôpitaux doivent encore entreprendre les réformes nécessaires et faire preuve de prudence.

Toutefois, comme la COVID-19 continue de remodeler les hôpitaux dans un avenir proche et lointain, il ne fait aucun doute que les améliorations apportées aux hôpitaux et la préparation maximale porteront leurs fruits au-delà de la pandémie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *