Le feu est l’une des ressources les plus puissantes dont disposent les hommes. Les civilisations n’ont commencé à se développer que lorsque nos ancêtres ont appris à apprivoiser le feu, il y a environ 400 000 ans. Ce qui a permis à l’homme de s’installer dans des régions plus froides. Mais aussi de cuisiner et de jouir d’une meilleure qualité de vie.

Ce processus chimique crucial a eu de nombreuses conséquences dévastatrices au cours de l’histoire. Cependant, les statistiques sur la sécurité incendie en Europe montrent des améliorations significatives au cours des dernières décennies.

Les préoccupations en matière de sécurité incendie ont façonné une grande partie de l’architecture et de la conception des bâtiments du XXe siècle. Néanmoins, alors que les nouveaux bâtiments sont de mieux en mieux équipés pour faire face aux urgences incendie, la vie moderne a introduit de nombreux nouveaux dangers et menaces contre la sécurité incendie.

Comment les incendies se propagent-ils ?

Selon John Drengenberg, directeur de la sécurité des consommateurs chez Underwriters Laboratories, les incendies modernes progressent plus rapidement. En effet, il affirme qu’il y a 30 ans, on avait environ 17 minutes pour échapper à un incendie.

« Aujourd’hui, avec la prévalence des matériaux synthétiques dans la maison, les occupants ont environ 2 à 3 minutes pour sortir », a-t-il déclaré à This Old House.

Ainsi, une petite flamme peut se transformer en un incendie mortel en moins de 30 secondes. De même, cette flamme peut engloutir une propriété entière en quelques minutes.

Surtout si ces flammes entrent en contact avec des produits chimiques tels que des produits d’hygiène ou des peintures. Ainsi, elles peuvent se propager de manière encore plus agressive. Même s’ils démarrent sur les chapeaux de roue, les incendies se transforment rapidement en fumées toxiques et également noires qui peuvent empoisonner les victimes.

Comment les portes peuvent-elles réduire les risques d’incendie ?

Casques anti incendies

Tout comme les habitants, les incendies passent par les portes pour se propager d’une pièce à l’autre. Ainsi, si les portes utilisées ne sont pas ignifugées, dans certains cas, elles peuvent brûler et contribuer à la catastrophe.

Toutefois, si elles sont conformes aux normes internationales en matière d’incendie, comme la norme européenne EN 1634-1 pour les tests de résistance au feu. Mais également, la norme EN 16034 bloc porte résistant au feu pour les portes extérieures qui ont l’obligation d’avoir le marquage CE. Concernant les portes intérieures, un projet similaire est en cours la norme EN 14351-2. Cependant, le marquage n’est pas encore à l’ordre du jour. En effet, les spéculations d’experts disent que cette obligation de marquage CE n’arrivera avant 5 à 10 ans.

Connues sous le nom de « portes résistant au feu« , ces entrées peuvent contribuer à contenir les incendies dans une seule pièce mais également à ralentir le processus de propagation. De plus, une quincaillerie de porte appropriée complète ce concept anti-propagation du feu en agissant comme un ferme-porte à ouverture libre pour les portes résistant au feu.

Les portes peuvent être à 1 vantail ou 2 vantaux. Elles peuvent être selon la norme EN 1634-1: EI (coupe feu) pour contenir les flammes, les fumées mais également la chaleur. Mais aussi E (pare flamme) pour contenir les flammes ou encore les fumées. Cependant, contrairement au EI, il ne contient pas la chaleur.

En France, les bloc-portes se classent en 3 modes et réglementés et normalisés depuis 1980. Le mode 0, est le plus rare, il ne contient pas de ferme-porte. Le mode 1 contient un ferme-porte. Ainsi, chaque fois que la porte est ouverte, elle se ferme grâce au ferme-porte. Enfin, le mode 2, nommé également DAS. Ce dernier se relie avec une centrale de détection incendie. Ainsi les portes, se maintiennent ouvertes soit par des ventouses, soit débrayées, soit automatiques.

En outre, certains ferme-portes innovants peuvent fonctionner en tandem ou en trio pour les grandes portes. De plus, pour des raisons de confort d’utilisations et d’accès notamment pour les personnes âgées ou handicapées, elle se relient avec un système d’alarme incendie ou de détection de fumée. Ainsi, ces ferme-portes se maintiennent ouverts par des ventouses électromagnétiques ou débrayables ou encore couplé à une automatisation de confort. Cependant, dès qu’on incendie se déclare ou qu’une alerte est donnée, les produits quittent leurs positions de confort pour refermer les portes. Cela permet de compartimenter le feu l’empêchant de se propager et laissant ainsi du temps pour intervenir. . Lorsque les flammes activent ces systèmes, les alarmes déclenchent les ferme-portes anti-incendie pour sceller les pièces et empêcher les incendies de se propager davantage.

Les portes et les ferme-portes peuvent sauver des vies

En janvier 2020, lorsqu’un incendie massif s’est déclaré dans le garage d’une maison familiale à Chicago, les véhicules se sont embrasés. Cependant, une porte résistant au feu a empêché les flammes de se propager et a déclenché l’alarme. Par conséquent, les propriétaires se sont réveillés grâce aux détecteurs de fumée et ont pu s’échapper sains et saufs avec leur chien.

Cependant, c’est exactement le contraire qui se produit trop souvent. En 2017, lorsque la tour Glenfell, un immeuble résidentiel de 24 étages situé au nord de Londres, a brûlé, elle a coûté la vie à 72 personnes. Beaucoup considèrent cela comme l’une des pires tragédies de la Grande-Bretagne moderne. Pour rappel, la façade se composée de matière combustible. Ainsi, cela a contribué à augmenter la combustion du bâtiment. Cependant, en France ces matériaux combustibles sont interdits.

Dans les environnements à forte fréquentation, notamment les établissements de santé et de soins tels que les hôpitaux et les maisons de retraite, les problèmes de mobilité peuvent être plus fréquents. Les organismes composés d’experts tel que : la commission  de sécurité incendie S 61i, les comités de marque NF porte résistant au feu  NF 131(FCBA) NF 277 AFNOR) normalisent et légifèrent sur la résistance au feu, le désenfumage et les moyens d’évacuation, tel que les portes et les ferme-portes résistant au feu  dans les complexes à occupation multiple sont essentiels pour protéger le public, les travailleurs et les résidents les plus vulnérables. Les portes reliées à la détection incendie se nomme des portes DAS en France. Présentent dans les ERP/IOP IGH elles doivent répondre à la norme Française NFS 61937

« Nous avons tous besoin de nous sentir protégés à l’intérieur des bâtiments. Ceci est également vrai lorsque nous dormons. C’est notamment le cas dans les hôtels et les hôpitaux. Mais aussi dans les ehpad , les maison de retraites et les centre d’accueil pour personnes handicapées. ». « Les divers intervenants qui les gèrent et les entretiennent ont la responsabilité d’assurer la sécurité de leurs résidents. Et en tant qu’industrie, nous devons continuer à fournir notre soutien d’experts pour assurer la spécification, l’installation et la maintenance continue correctes des portes résistant au feu, d’évacuation et de désenfumage.

Apprivoiser le feu pour le progrès humain

Les portes et les ferme-portes résistant au feu et de compartimentage DAS ou non DAS sont l’une des nombreuses manifestations modernes de la façon dont les gens ont appris à dompter le feu, ce qui a apporté des contributions incalculables au progrès universel de l’humanité. Chaque année, les propriétaires attribuent à ces portes et fermetures coupe-feu le mérite de prévenir les catastrophes. Cela dit, les incendies ne sont pas toujours évitables. Ils peuvent continuer à se déclarer et à causer des dommages malgré les meilleurs efforts. Bien qu’il n’existe pas de solution unique permettant de s’assurer qu’une maison en feu ne fera plus jamais de victimes. Les bâtiments dotés d’écosystèmes d’entrée adaptés peuvent atténuer ces risques et également empêcher le pire de se produire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *