Passant rapidement d’un humble village de pêcheurs à une métropole ultra-moderne, Dubaï est une ville de superlatifs. En effet, elle abrite le plus grand gratte-ciel et le plus grand centre commercial du monde. Mais aussi le plus grand cadre photo ou le centre de ski indoor le plus spacieux.

Block

Le boom pétrolier des années 50 a déclenché une croissance économique rapide à Dubaï. Il a également apporté les gratte-ciels étincelants et les entreprises multinationales. Et ce, tout en attirant les talents qui propulseront la ville plus loin. Surnommée « Manhattan du Moyen-Orient« , cette métropole est devenue pour beaucoup synonyme d’extravagance, de shopping et de luxe. Les charmes somptueux de Dubaï attirent plus de 15millions de visiteurs internationaux chaque année.

Cependant, ce melting-pot est accompagné d’un prix plus élevé que les achats les plus somptueux possibles. En 2010, le Fonds mondial pour la nature a révélé que les Émirats arabes unis (EAU) étaient le pays ayant la plus grande empreinte écologique au monde. Certes, c’est en raison de facteurs tels que la consommation de carburant, les jets privés, les transports publics limités, les îles artificielles ou encore les bâtiment.

En tant que pays émergent, les EAU sont toujours confrontés aux défis de la croissance rapide et de l’urbanisation. Néanmoins, sa puissance économique, Dubaï, se rend compte que l’avenir doit être vert. Décidant d’agir sur les émissions, la mégalopole veut ajouter un autre superlatif à sa réputation. En effet, Dubaï espère devenir la ville la plus durable du monde d’ici 2050.

Les investissements prévus de 163 milliards de dollars au cours des prochaines décennies viseront à réorganiser Dubaï. Et ainsi à répondre à ses besoins en énergie, en eau et en construction de manière durable.

Révolution énergétique : de la terre au ciel

Photo de l'intérieur d'un batiement de dubai ou un homme marche

En particulier dans une économie basée sur les ressources naturelles, il ne serait pas possible de modifier de manière significative les émissions de carbone sans s’attaquer aux problèmes énergétiques.

Pour ce faire, en 2017, les EAU ont lancé leur « Stratégie énergétique 2050 » . Cette initiative vise à faire passer la contribution des énergies propres à la consommation totale d’énergie à 50 % d’ici 2050, tout en réduisant l’empreinte carbone de la production d’électricité de 70 %.

Depuis les années 1950, le pays du Moyen-Orient a foré profondément dans la terre pour trouver du pétrole, ce qui a façonné une grande partie du paysage économique du pays. Cependant, les EAU ont une autre source de richesse naturelle inexploitée : Le soleil.

Un parc solaire record s’élevant du désert de Dubaï, qui a coûté 13,6 milliards de dollars au gouvernement, devrait être l’un des nombreux investissements énergétiques pour alimenter la ville de manière plus écologique. Ainsi, ce parc produira une électricité parmi les moins chères et les plus propres du monde.

D’ici 2030, tous les bâtiments de Dubaï seront équipés de panneaux solaires sur leurs toits.

Révision des transports publics

Photo du métro de dubai

Jusqu’à récemment, tous les habitants de Dubaï, y compris l’élite, dépendaient des transports. Cependant, une fois que le boom pétrolier a commencé à apporter des routes et des infrastructures modernes au milieu du 20ème siècle, Dubaï est rapidement devenue une ville centrée sur la voiture.

Dans le cadre de la vision de Dubaï pour 2050, aider les habitants à se débarrasser de leur voiture grâce à un système de transport public fiable et efficace fait partie des priorités pour réduire les émissions de carbone.

Après quelques investissements, le métro de Dubaï est, avec ses 74,6 kilomètres de long, le plus long réseau ferroviaire sans conducteur et entièrement automatisé du monde. De même, la mégapole peut se targuer d’avoir le premier service de tramway hors d’Europe qui fonctionne sur le réseau souterrain.

Dans une ville où marcher ou faire du vélo peut être difficile en raison de la chaleur, Dubaï va également expérimenter dans un avenir proche des drones taxis surnommés « taxis volants » et des nacelles de transport sans conducteur.

Faire pleuvoir dans le désert

Photo du désert de Dubai

À Dubaï, les pluies sont peu fréquentes, de courte durée et ne surviennent naturellement que quelques fois par an. Cependant, les plus de 3 millions d’habitants de la ville ont besoin d’eau. Les caractéristiques extravagantes de Dubaï, comme les nombreux clubs de golf, les îles artificielles, les jardins somptueux ou le centre de ski intérieur, augmentent les besoins en eau. Bien que les Émirats arabes unis soient l’un des pays qui manquent le plus d’eau, ils ont également l’une des plus fortes consommations d’eau par habitant au monde, avec 550 litres par jour.

S’attaquer aux divergences en tant que telles nécessitent une approche extraordinaire, mais Dubaï en a une. Grâce à une technique de manipulation météorologique appelée « ensemencement des nuages », qui consiste à semer de petites particules pour les faire tomber sous forme de pluie ou de neige, il peut se déverser dans le désert. Même si cette technique peut atténuer l’humeur des touristes en quête de soleil, le Centre national de météorologie et de sismologie peut en effectuer des dizaines d’expérience par mois.

Dubaï s’appuie encore largement sur la désalinisation, un processus à forte intensité énergétique qui rend l’eau de mer potable. Cependant, comme l’énergie dans le pays deviendra probablement moins chère et plus propre grâce aux investissements dans le solaire, ce processus aura un impact environnemental réduit.

De nouvelles réglementations et améliorations des infrastructures viseront également à réduire le gaspillage de l’eau. C’est un problème accéléré par l’insuffisance des réseaux de gestion de l’eau.

Alors que le changement climatique pourrait introduire de nouvelles incertitudes sur l’eau, le programme de recherche des EAU pour l’amélioration des pluies bénéficiera d’investissements visant à optimiser la sécurité de l’eau.

Bâtiments à faible émission de carbone

Selon le WorldResourcesInstitute, les bâtiments représentent 32 % de la consommation mondiale d’énergie et un quart des émissions mondiales de carbone d’origine humaine. Ces chiffres sont encore plus alarmants pour un pays comme les Émirats arabes unis, où les habitants dépendent fortement des climatiseurs pour faire face à la chaleur torride. Les bâtiments des EAU consomment environ 75 % de toute l’électricité produite dans le pays.

C’est pourquoi les bâtiments écologiques figurent en bonne place sur l’agenda pour devenir la ville la plus durable du monde. En effet, en 2014, la municipalité de Dubaï a rendu obligatoire l’écologisation de tous les nouveaux bâtiments.

Le mégaprojet de 354 millions de dollars intitulé « TheSustainableCity » (la villedurable) est un développement prometteur. Cette ville compacte alimentée par l’énergie solaire nécessite un minimum d’eau et d’énergie, tandis que sa conception de pointe vise à maximiser la qualité de vie.

La ville durable, un établissement privé dans la périphérie de Dubaï avec des zones résidentielles, récréatives et commerciales, a été ouverte aux résidents en 2016 et sera entièrement achevée en 2020. De nombreuses autres initiatives similaires seront probablement lancées dans la ville déserte au cours des prochaines décennies.

Désert vert, monde vert

Karim El-Jisr, qui a créé le Sustainable City Institute à Dubaï, a déclaré que les efforts pour créer un Dubaï durable « semblaient un peu comme un rêve » au début.

Pourtant, grâce aux collaborations privées et publiques, à l’innovation, à l’ingénierie intelligente et à la réflexion prospective, le rêve commence à porter ses premiers fruits. M. El-Jisr espère que ces efforts de durabilité seront bientôt la norme.

Aujourd’hui, ce n’est plus difficile, demain tout le monde devra le faire.

Karim El-Jisr, directeur du développement durable chez DiamondDevelopers

Si la construction d’une oasis verte et durable au milieu du désert est possible à Dubaï, il ne fait aucun doute qu’elle est possible partout.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *