Malgré des styles architecturaux, des histoires et des lieux différents, les cathédrales de Milan et de Cologne, le palais de l’Alhambra et Stonehenge ont de nombreux points communs. Ce sont tous des sites emblématiques visités par des millions de personnes chaque année. La construction de ces cinq structures a pris plus de 500 ans. L’innovation dans le domaine de la construction a commencé à prendre son essor vers 5 000 avant J-C, lorsque les établissements humains ont commencé à utiliser des outils en métal pour façonner les matériaux et construire des maisons. Toutefois, ce n’est qu’à partir de la deuxième révolution industrielle, au 20e siècle, que les architectes et les constructeurs ont commencé à contrôler leurs projets.

Même si la construction reste l’une des industries les plus inefficaces au niveau mondial, on ne peut nier à quel point le changement de paradigme numérique l’a déjà transformée. L’avancée des technologies numériques telles que l’IA, la RV, l’AR, l’IoT ne cesse d’ajouter une valeur aux projets de construction. Cependant, si une technologie est à elle seule responsable d’une grande partie des transformations positives de la construction, il s’agit sans aucun doute de la modélisation des données du bâtiment (BIM).

L’utilisation de la BIM se répand à tous les stades du cycle de vie des bâtiments

Même si le BIM s’est fermement établie comme une norme de conception des bâtiments, le nombre de ses fonctions les plus essentielles sont encore sous-utilisées. S’il est vrai que le BIM a ses racines dans le développement d’un outil de conception puissant, il s’agit avant tout d’un logiciel de communication et de collaboration. Par conséquent, pour l’avenir de le BIM, les initiés du secteur s’attendent à voir les concepteurs et les constructeurs utiliser le BIM à des étapes autres que la conception. Selon Jeremy Thibodeau, AMER Leader, Construction Customer Success pour Autodesk, à l’avenir, l’utilisation du BIM sera répartie de manière plus équilibrée entre la préconstruction, la construction du site et les opérations et la maintenance.

Si on le résume à son essence, le BIM est un outil de communication. L’avenir du BIM passe par l’utilisation du modèle à toutes les étapes pour améliorer la collaboration.

Jeremy Thibodeau, AMER Leader, Succès Clientèle Construction pour Autodesk

En effet, même si 82 % des utilisateurs du BIM ont fait état d’un retour sur investissement positif, seuls 41 % ont utilisé le logiciel dans le domaine de la construction. Bien que le BIM ait un potentiel énorme pour réduire les coûts d’exploitation et de gestion d’une installation, seuls 14 des propriétaires estiment pouvoir utiliser le BIM dans leurs opérations quotidiennes.

Ainsi, M. Thibodeau et de nombreux autres spécialistes du secteur de la construction estime que l’avenir du BIM réside dans la « BIM connectée », qui implique de tirer davantage parti de l’utilisation de bout en bout des modèles grâce à la technologie du cloud. Cela permettra aux propriétaires ou aux gestionnaires de bâtiments de superviser leurs actifs de manière continue et automatisée. En d’autres termes, l’avenir du BIM rationalise non seulement le processus de conception, mais aussi d’autres aspects pragmatiques du cycle de vie des bâtiments, tels que les phases de gestion des installations, de rotation ou de remise.

La formation BIM fait déjà partie intégrante d’une formation en conception. Toutefois, à l’avenir, de nombreux autres domaines professionnels, tels que les opérations sur le terrain ou la gestion des installations, devraient recevoir une formation approfondie en BIM. À l’avenir, cet outil puissant pourrait être aussi omniprésent que les applications Microsoft Office pour tout professionnel du bâtiment.

Bâtiments optimisés : L’interopérabilité définira l’avenir du BIM

Malgré l’adaptation rapide du BIM, la plupart des entreprises de construction et d’architecture ont tendance à utiliser le logiciel pour rassembler des données à des fins de visualisation. Elles pourraient traiter le BIM simplement comme un programme de conception assistée par ordinateur, alors que le BIM est capable de bien plus. « Nous concevons les bâtiments manuellement, nous saisissons les données manuellement, puis nous les imprimons manuellement. Ce système fonctionne pour l’essentiel, mais il n’est pas très efficace », explique Bill Allen, PDG d’EvolveLab.

Les phases de construction en dehors de la conception, comme l’exploitation et la maintenance, seront des aspects plus dominants dans l’utilisation du logiciel. Ainsi, l’avenir du BIM sera axé sur l’optimisation des bâtiments, plutôt que sur les données et la conception.

« À l’avenir, plutôt que de collecter des données et d’établir des rapports sur ces données, nous utiliserons les données pour informer nos conceptions », ajoute Allen. « [L]e cloud sera agnostique en termes de logiciels, et nous pourrons [créer, manipuler et capturer des informations quel que soit le logiciel dans lequel la géométrie a été créée. »

L’essor du BIM en tant qu’optimiseur interne implique son intégration et son interopérabilité avec d’autres outils pour automatiser le cycle de vie d’un bâtiment. Ces technologies pourraient inclure l’IA, l’IdO, la RA/VR, l’impression 3D, la robotique et tout ce qui peut être intégré au BIM. Par exemple, grâce à une interopérabilité fluide avec les outils d’IA, le BIM alimentera un ensemble de tâches, de règles et de processus. En retour, ces ordinateurs – ainsi que les robots, les grues ou les drones pourront les exécuter de manière indépendante et plus efficace que les humains.

Qu’il s’agisse d’outils de fabrication intelligents ou de casques de réalité augmentant l’efficacité, la prolifération des ConTech La prolifération des technologies de l’information et de la communication (TIC) ira probablement de pair avec les capacités croissantes d’interopérabilité de la BIM.

L’avenir du BIM est arrivé, mais il n’est pas uniformément réparti

William Gibson, un écrivain de science-fiction américano-canadien, a déclaré : « Le futur est déjà là – il n’est juste pas très bien réparti. »

Cette affirmation ne pourrait être plus exacte pour l’avenir de la BIM. Comme le montrent les statistiques, bon nombre des puissantes fonctionnalités de la BIM sont déjà présentes, mais sous-utilisées et mal comprises. Les professionnels extérieurs au secteur de la conception ont une conscience limitée des avantages du BIM et ne maîtrisent pas le logiciel. Toutefois, cela pourrait ne pas être le cas dans une décennie.

Bien qu’il soit impossible de prédire comment la technologie se développera exactement et qui pourra y accéder, il y a une forte tendance à considérer le BIM comme un outil holistique permettant d’optimiser le cycle de vie d’un bâtiment grâce à l’interopérabilité. L’avenir du BIM mettra en valeur sa plus grande force, qui est de permettre une collaboration transparente non seulement entre les équipes, mais aussi entre les systèmes, les processus et les autres technologies.

Alors que nous attendons du BIM qu’il ouvre un nouvel âge d’or de la construction, une chose est sûre : grâce à l’efficacité surpuissante des chantiers de construction, nous n’attendrons pas 500 ans pour voir les bâtiments les plus emblématiques de notre époque.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *