Alors que nos populations et nos villes continuent de croître à un rythme effréné, nous n’avons jamais eu besoin de plus de bâtiments. Selon une étude conjointe de Global Construction Perspectives et d’Oxford Economics, la production mondiale de bâtiments devrait augmenter de 85 % d’ici 2030, pour atteindre 8 000 milliards de dollars.

La construction reste l’un des secteurs les moins efficaces et les moins numérisés au monde. Néanmoins, au cours de la dernière décennie, certains des leaders du secteur ont fait un effort considérable pour adopter de meilleures pratiques, plus respectueuses de notre planète.
Par conséquent, dans le domaine de l’architecture et de la construction, la durabilité n’est plus une tendance, mais une toute nouvelle façon de faire des affaires.
Voici quatre tendances qui sont les plus cruciales pour ouvrir la voie à l’ère de la construction durable.

Le BIM au service de l’efficacité

La modélisation des données du bâtiment (BIM) est l’outil le plus important de la conception architecturale actuelle. Depuis que ses premiers modèles ont été utilisés dans les années 1970, elle a transformé d’innombrables projets de construction, rendant leur réalisation plus rapide et moins coûteuse, tout en permettant aux architectes de créer des designs plus ambitieux.
Cependant, le BIM est plus qu’un simple logiciel de conception destiné à faciliter la vie de l’architecte. Grâce à sa génération de données sophistiquée, le BIM permet et libère la durabilité dans chaque phase du cycle de vie d’un bâtiment. Des bâtiments moins gaspilleurs, plus rentables et exploités et entretenus de manière durable deviennent de plus en plus la norme partout où le BIM est utilisée.

Éléments biophiles et naturels dans le design

Jusqu’à récemment, le béton et l’acier étaient synonymes de modernité, d’urbanisation et d’architecture d’avant-garde, tandis que les éléments naturels comme le bois évoquaient l’imagerie rustique d’une époque révolue.
Néanmoins, grâce aux progrès des matériaux et des technologies de conception, les éléments naturels et biophiles dans la conception des bâtiments symbolisent désormais de nouvelles possibilités et l’esthétique durable de l’avenir. En plus de nous aider à décarboniser nos bâtiments, les environnements bâtis biophiles sont tout simplement plus agréables et plus sains à vivre.

Plan pour préserver l’énergie

Ces dernières années, le secteur de la construction a ouvert les yeux sur le fait que les bâtiments sont responsables de près d’un tiers de la consommation énergétique mondiale et de près de 15 % des émissions de carbone.
Heureusement, avec des chiffres aussi importants, toutes les mesures d’efficacité et de préservation de l’énergie peuvent se combiner et faire une grande différence. Des systèmes d’accès économes en énergie au nombre croissant de certifications LEED, la volonté de réduire les besoins énergétiques d’un bâtiment est en train de devenir une industrie à part entière.

A distance pour réduire les ressources

Il y a quelques décennies, on aurait pu croire à un scénario de science-fiction farfelu, mais la construction à distance est en plein essor. Grâce aux innovations dans le domaine de la préfabrication, des drones, de l’impression 3D, de la réalité augmentée et de divers autres outils de numérisation, il est possible d’externaliser un nombre croissant de tâches liées à la construction pour les réaliser hors site.
La construction à distance rend l’une des industries les plus gourmandes en ressources et les plus sujettes aux accidents du monde non seulement plus sûre, moins chère et plus rapide, mais aussi plus écologique. Sans aucun doute, la numérisation et l’automatisation restent nos paris les plus sûrs pour un avenir durable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *