Les premières clés connues de l’histoire sont des bâtons de bois utilisés il y a environ 6 000 ans dans l’Égypte ancienne. Aujourd’hui, suite aux étonnants développements technologiques et à la digitalisation, les types de clés se multiplient. Des dispositifs tels qu’une carte, un smartphone ou des parties du corps incluant des empreintes digitales, la voix ou les yeux peuvent autoriser les utilisateurs à accéder à une zone.

Malgré le développement des méthodes d’accès digitales ou sans contact, les systèmes mécaniques restent les plus populaires pour sécuriser une pièce ou une installation. En effet, notamment grâce à leur durabilité et à leur prix abordable. Si les systèmes mécaniques ne risquent pas d’être piratés, la clé est souvent le point faible. Voici donc les trois principales méthodes de protection des clés :

Méthode n°1 : la rendre complexe

Toutes les serrures mécaniques ne sont pas créées de la même façon. En effet, certaines sont faites de métal fin et de profils de clés peu sophistiqués qui peuvent être des cibles faciles pour la manipulation des serrures.

En fait, lorsqu’un utilisateur possède une serrure fragile, les criminels peuvent suivre certaines méthodes classiques de manipulation des serrures, comme le crochetage, pour obtenir un accès illégal. Ainsi, pour galvaniser la sécurité d’une serrure mécanique, il faut s’assurer que leurs serrures soient complexes et de haute qualité.

Idéalement, ils doivent être dotés d’un profil de clé unique fabriqué avec un matériau  » anti-écrasement « Et ainsi s’aligner sur les normes industrielles pertinentes telles que les normes de sécurité européennes.

Méthode n°2 : vérification de la copie de la clé

Lorsque les utilisateurs acquièrent un système mécanique robuste qui résistera aux méthodes courantes de manipulation des serrures, ils peuvent toujours être confrontés au risque de copies non autorisées. La manière la plus simple d’atténuer ce risque est de se procurer des clés auprès d’un partenaire commercial fiable. En effet, ce dernier pourra fournir une protection par brevet ou par marque.

Les clés protégées par un brevet garantissent que seules les personnes autorisées peuvent commander des copies. De même, la protection des marques permet aux clés d’avoir un logo reconnaissable et non copiable. Cette exclusivité aide les propriétaires de systèmes à distinguer si une clé est un original ou une copie non autorisée. Contrairement au brevet, qui expire généralement dans 10 ans, la protection de la marque est éternelle.

S’il n’est pas impossible de copier illégalement des clés mécaniques protégées par un brevet ou une marque, cela nécessiterait un effort herculéen.

Méthode n° 3 : assumer une responsabilité personnelle

Aussi solide soit-il, aucun système de sécurité n’est à l’épreuve des balles sans assumer une responsabilité personnelle. Ainsi, même si les propriétaires de systèmes installent les systèmes de verrouillage mécanique les plus fiables, ils doivent être conscients des risques quotidiens en matière de sécurité tels que la perte ou l’égarement des clés. Tout en gardant une trace du nombre de personnes ayant accès aux copies autorisées, les propriétaires de systèmes doivent protéger les clés dans un cas approprié pour éloigner les caméras.

Même si les intrus potentiels n’ont pas accès à la clé, il est possible d’imprimer en 3D une copie via des photographies. Les représentations digitales des clés peuvent donc intéresser les personnes ayant des intentions criminelles.

Si les technologies digitales révolutionnent l’accès tel que nous le connaissons, les clés mécaniques resteront probablement des solutions d’accès omniprésentes pendant encore de nombreuses années.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *